Lettre au Marchand de Sable / Letter to the Sandman

Cher Marchand de Sable,

puisque je dois mourir,
je peux bien tout vous dire.
J’étais l’enfant de la mer,
roi de royaumes immenses.
Mais le vent a tourné
et mon coeur
tel un bateau de cristal
en mille éclats
sur le récif s’est brisé.
Mon rêve est une île trop lointaine,
je ne vois plus l’étoile du Berger.
Ce soir Dieu m’abandonne,
alors, sans aucun regret,

mon âme, je vous la donne.

~

Dear Mr Sandman

because I have to die
I can tell you everything.
I was the Child of the Sea,
the King of infinite realms.
But winds were harsh
and unforgiving. The tide turned,
and like a crystal boat
running aground the reef
my heart shattered
into a million pieces.
My dream is an island too far,
I lost sight of my lucky star.
Tonight God has forsaken me
and without any regrets

I give you my soul.

Jamais trop tard / Never too late

Un matin de mai
j’ai vu sur un mur de Paris
écrit en lettres rouges
le mot AMOUR.

Cela m’a rendu triste,
triste
car d’Amour
le monde manque tant,

et j’ai soudain pensé
plein de regrets
à tous mes “j’aurais-dû”
à tous mes “j’aurais-pu”.

Alors un ange ou peut-être
cet enfant en chacun de nous
a murmuré
“il n’est jamais trop tard !”

Un matin de mai
j’ai vu sur un mur de Paris
écrit en lettres rouges
le mot AMOUR.

~

On a May morning
I saw the word LOVE
written in red 
on a wall in Paris.

That made me feel sad,
so sad
for the world craves
a Love so deep!

 And I regretfully thought
about all my 
“I-should-have” 
and “I-could-have”…

Then an angel
or maybe the child in each of us
whispered 
“It’s never too late…”

On a May morning
I saw the word LOVE
written in red 
on a wall in Paris.

~

illustration: image chef

Soir d’été / Summer Forever

La fenêtre est restée ouverte.
La brise est douce
comme quand
j’étais enfant.

Que les étoiles ce soir sont brillantes !
Est-ce la mer que j’entends ?
Je suis heureux.
Je ferme les yeux.

Soir d’été.
Dernier souffle.
Noir profond.
Nuit de lumière.

Je vois Dieu.

~

The window was left open.
The breeze is mild.
It’s exactly the same
as I was a child.

The stars have never looked so bright
and I can hear the Sea.
Tonight is
Summer forever.

Last Breath.
Deep Black.
Peace
in the Night of Light.

I see God.

~

illustration: Nocturne in Black and White. The Falling Rocket
(James McNeill Whistler, c1875)

Dans un Jardin / In a Garden

Un soir d’été,
peut-être en juillet,
quand la lumière faiblissante
apaise tout,

après avoir touché la terre
et les arbres,
et senti la brise
s’élever jusqu’aux étoiles,

dans ce fin brouillard bleu,
qui fait la beauté
d’un jardin avant la Nuit,
paisiblement,

j’aimerais quitter le monde.

~

On a Summer evening
maybe in July
when the dimming Light
heals everything

after I touched
trees and soil
and felt the breeze
rising up to the stars

in the blue mist that makes
a garden before the Night
such a peaceful place
I would like to leave

the world behind.

~

illustration: Garden of Dreams
(Eyvind Earle, 1990)

Forêt initiatique / A Path in the Forest

forest-path

Un chemin qui mène
au royaume du hêtre
et des fougères immémoriales,
forêt initiatique.

Un chemin pour aller le soir
toucher de l’âme
la brume évanescente
sur l’étang silencieux,

et pour marcher à l’aube
jusqu’à la grande clairière,
certain de ne point rêver
en se fondant dans la Lumière.

~

A path in the forest
that only the Soul can take.
A walk to see
through the eyes of fern fronds

the mist over the pond
the green moon over trees
the Dryads
and the Wizard,

and only one morning
to unveil
the mystery of life
the mystery of death.

~

illustration: Forest Path
(Renoir, 1875)

Atrium

house-at-the-beach-1919

Mon rêve habite une maison
aux murs de lave noire
dont le cœur est un jardin,

atrium
où poussent des lavandes sauvages,
l’oranger, et des agaves bleus.

Le silence y caresse le vent
et le soir dans le ciel immense
les étoiles scintillent

après que le soleil,
amant de lumière et de feu,
passionnément ait embrassé la mer.

~

illustration: House at the beach
(Gosta Adrian-Nilsson, 1919)

 

Voile sur l’horizon / Sail on the horizon

a-boat

une barque de pêcheur
abandonnée à la mer

voile sur l’horizon
caressée par le vent
guidée par les étoiles
emportée par les vagues

c’est ainsi que je la vois
ma dernière demeure

~

a small fishing boat
given to the sea

sail on the horizon
caressed by the wind
guided by the stars
carried away by the waves

this is how I see
my last resting place

~

illustration: A Boat
Odilon Redon (1840-1916)